Lali, illustratrice indépendante depuis 2003, réalise  des illustrations ludiques et très colorées pour de la carterie, de la papeterie, et des accessoires. Après avoir obtenu un  Bac littéraire option Arts Plastiques, elle a ensuite suivi une formation aux Beaux-Arts. Elle vit et travaille aujourd’hui près d’Annecy, en Haute Savoie, avec son petit garçon Charlie.
Sa collection de cartes-devinettes comprend aujourd’hui plus de 200 références commercialisées dans de nombreux pays.  

CERFS VOLANTS POISSONS BI

Dans quel contexte avez-vous décidé de réaliser votre collection de cartes-jeux, et comment choisissez-vous les thèmes abordés dans vos dessins?

C’est une collègue de la librairie dans laquelle je travaillais qui m’a poussée à montrer mes dessins à un éditeur. Cette collection est  le fruit d’une rencontre, d’une idée novatrice dans le milieu de la carterie qui est arrivée au bon moment, avec la bonne personne. Depuis maintenant 13 ans, j’illustre donc des cartes postales pour cet Editeur ( Editions des Correspondances) avec comme thèmes de prédilection, les animaux (j’aime surtout les bestioles), les fleurs, les fêtes, l’amour, l’amitié…uniquement des messages positifs traités avec humour, tendresse et beaucoup beaucoup beaucoup de couleurs.

LUCIOLES BI
Votre travail est relativement ludique, cela paraît être un élément central dans votre production, en quoi ceci est important pour vous dans les images que vous proposez?

J’ai toujours aimé les jeux de société, les points à relier, les 7 différences, et j’adore cacher des trucs ! Comme depuis l’enfance je dessine le monde en miniature et que j’aime évoluer dans des espaces bien remplis, le format carte postale et le concept « cherchez l’intrus » étaient faits pour moi.
L’idée de mettre la solution du jeu sous une encre à gratter au dos de la carte postale est le petit bonus que les gens apprécient beaucoup.

COLIBRI BI
Quelles sont vos inspirations principales dans l’ensemble de votre travail?

Je suis assez caméléone et en tant qu’artiste indépendante, je me dois de rester curieuse, à l’affût des nouvelles tendances et modes. Mais je dirais que les bestioles et leur « malléabilité » m’inspirent bien plus que l’humain. J’aime aussi donner vie à une cafetière, une brosse à dent ou un sushi 🙂

Pour en savoir plus sur le travail de Lali, vous pouvez visiter son site ici

Klimt (1862-1918) est sans aucun doute l’artiste le plus populaire de la Sécession Viennoise. Peintre des femmes, l’artiste a souvent choqué ses contemporains, a parfois été censuré, réprimandé, mais a pareillement été admiré, adoré. Le regard que Klimt a porté sur le monde n’a laissé à son époque, personne indifférent.
Peignant les femmes comme jamais elles n’avaient été représentées, l’artiste propose une vision onirique, presque irréelle du corps. Entouré de dorures, dans un foisonnement décoratif sans précédent, et souvent dénudé, la chair devient provocante, sensuelle, désirable.  L’artiste ébranle toutes les représentations traditionnelles de l’épouse respectable de la fin du XIXe siècle pour peindre l’érotisme sans pudeur.
Commençant sa carrière dans la peinture murale, Klimt reçoit en 1888 l’ordre d’Or du Mérite de l’empereur François-Joseph 1er d’Autriche, pour ses contributions à la peinture murale du « Burgtheater » de Vienne. En 1892, la mort de son frère et de son père marquent un tournant brusque dans sa représentation du monde; il quitte la peinture murale pour fonder avec un groupe d’artiste, le groupe des sécessionnistes, qui a pour objectif d’unir les arts mineurs et majeurs, pour créer une « œuvre d’art totale ». Il restera sept ans à la tête du groupe, puis le quittera à cause de désaccords entre les membres. Klimt est entré dans sa période dorée, qui encore aujourd’hui représente pour beaucoup l’apogée de sa production.
Il peint à cette période surtout pour ses mécènes, réalisant sur commande de grands portraits de femmes, souvent les épouses des commanditaires. Magnifiant ses modèles en les ornant de parures, les mettant en scène dans des compositions riches en ornementations, il sublime le corps, le dénude, puis l’habille, le représente provocant, énigmatique, parfois lascif, langoureux. À travers ses portraits, Klimt peint aussi son époque. Ses œuvres évoquent le changement du statut de la femme à une période charnière, et c’est peut être aussi en cela qu’elles ont tant marqué ses contemporains et qu’elles sont encore aujourd’hui considérées comme des œuvres intemporelles

 

En 1950, le magazine Life commande à Robert Doisneau un reportage photographique sur les amoureux de Paris. C’est l’après guerre, le temps est à la reconstruction, mais les coeurs sont légers; nous sommes en paix, l’occupation et la guerre sont terminées; Paris renaît.
C’est le moment de célébrer l’amour, l’insouciance, les petites choses qui font le bonheur, et c’est surement dans cette optique que le magazine Life décide de consacrer un reportage aux couples s’aimant dans la ville de Paris. Paris léger, Paris amour, Paris lumière.
Robert Doisneau, ce jour de Printemps est assis en terrasse et nous offre ce cliché, qui paraît pris sur le vif, d’un baiser passionné entre deux amants au milieu d’une ville en mouvement. Arrêt sur image, le baiser semble hors du temps, comme une parenthèse dans le fourmillement continu de la ville. Cette image nous montre un moment d’amour, de connexion entre les deux protagonistes qui ne semblent rien voir de ce qui les entoure.
Doisneau avouera plus tard que cette image n’a pas exactement été prise sur le vif. Voyant une première fois les amoureux s’embrasser sans pouvoir les photographier comme il le désirait, il leur aurait demandé de rejouer la scène pour lui, moyennant rémunération, afin de pouvoir prendre cette image, qui deviendra Le baiser de l’Hôtel de ville.

Lors de sa publication, l’image passe presque inaperçue, et ce n’est que dans les années 1980, trente ans après, lorsqu’elle sera commercialisée en posters et cartes postales, qu’elle connaîtra un succès immense auprès du grand public et partout dans le monde. En 1992 la photographie de Doisneau aura déjà été vendue à plus de 400 000 exemplaires.
L’histoire du baiser de l’Hôtel de ville ne s’arrête pas là. Il s’avère que devant le succès immense de la photographie, trois personnes se reconnaissent sur le cliché et entament un procès au photographe pour atteinte aux droits d’image. Mme Bonnet, qui pourra prouver qu’elle est bel et bien la jeune femme du cliché grâce à un tirage original de la photo offert par Robert Doisneau en 1950 pour la remercier d’avoir posé pour lui, se verra néanmoins refuser ses droits d’images, puisque d’après le tribunal, elle n’est pas reconnaissable sur la photo.
Plusieurs procès, une image composée par le photographe qui semble prise sur le vif, un cliché symbolique, qui célèbre l’amour, la vie, Paris. Un portrait emblématique, qui aura fait le tour du monde, et qui donne bien à penser quant à la puissance d’une image.

Le premier étage du magasin vous propose un grand choix de reproduction de tableaux, de la peinture classique à l’art contemporain.
Affiches en édition limitée ou œuvres reproductibles en série, vous trouverez dans le rayon Beaux-Arts une grande diversité d’images et de supports d’impression. En fouillant dans nos rayons, vous découvrirez des artistes de tous horizons, et pourrez repartir avec la reproduction de l’œuvre d’un grand maître, plus fidèle que nature!
La Banque de l’image vous propose aussi un ensemble d’affiches originales, sérigraphiées, ou d’affiches d’exposition, ainsi qu’un catalogue proposant un grand choix d’oeuvres contemporaines qu’il vous sera possible de commander sur le support et au format de votre choix.
N’hésitez pas à venir découvrir toutes nos reproductions et nos œuvres originales, et à nous questionner sur vos requêtes particulières, afin que nous fassions au mieux pour dénicher l’image qui vous correspondra.

Le rayon cinéma de la Banque de l’image est un grand répertoire de films anciens et récents, de photos d’acteurs, de cartes postales. Classées par ordre alphabétique, les affiches vont et viennent dans le magasin en fonction des arrivages, des nouveautés, des éditions. Vous pourrez fouiller dans notre stock en toute liberté pour trouver votre film préféré.

Anniversaires, Mariages, Naissances, Baptêmes, Départs en retraite, Remerciements, Condoléances, Poèmes, Citations, Beaux-arts, Photos du monde, de Paris, Illustrations,  Cinéma, Éditions limitées, Cartes géantes… Trouvez la carte adaptée à chaque occasion!
Plusieurs formats de cartes, simples ou doubles, poétiques ou humoristiques, colorées ou noir et blanc, petites ou grandes, photographies ou illustration, avec ou sans texte…selon les occasions, selon votre humeur, selon vos envies!

Vous cherchez une carte très particulière, que vous ne parvenez pas à trouver? Vous désirez envoyer une carte postale sur laquelle serait imprimée l’une de vos photos?
Nous proposons un service de cartes personnalisées, dès 9€, à concevoir et imprimer dans l’heure avec nos graphistes présents en magasin. N’hésitez pas à nous solliciter pour toute demande particulière!